Onedaytohealth.com

One day to health
Personnes seniors
SANTÉ

Les problèmes urinaires des seniors et leurs solutions

En France, on compte plus de 2,6 millions de personnes âgées de plus de 65 ans souffrant d’incontinence urinaire (chiffres de l’Assurance Maladie). Plus largement, les troubles urinaires ne sont pas forcément tributaires de l’âge de la personne. Bien qu’ils soient plus fréquents à mesure qu’on avance en âge. Ils peuvent donc toucher l’ensemble de la population. Heureusement, des traitements existent. On fait le point.

Seniors : les problèmes urinaires les plus fréquents

Infections, maladies, malformations… l’appareil urinaire est un système particulièrement sensible au « mal fonctionnement ». Des troubles, nous vous le disions, qui touchent en priorité les personnes âgées, notamment :

  • L’incontinence urinaire ou fuite urinaire, généralement causée par un souci physique ou mental. On compte plusieurs types d’incontinence, à savoir l’instabilité vésicale, l’incontinence d’effort ou encore la miction par regorgement ;
  • La dysurie, une maladie désignant un dysfonctionnement de l’évacuation d’urine et qui se manifeste. Entre autres, sous forme de miction, soit un délai anormalement long pour l’évacuation d’urine. Elle peut aussi se manifester par une vessie qui met beaucoup de temps à se vidanger. Ou encore par une douleur liée à l’évacuation d’urine ;
  • La pollakiurie, ou le besoin anormalement fréquent d’uriner en petites quantités. Notons que les femmes âgées sont plus enclines à développer ce trouble urinaire ;
  • Le blocage urinaire qui, comme son nom le laisse entendre, désigne la difficulté, voire l’impossibilité d’évacuer l’urine. Généralement douloureux, ce problème nécessite un traitement en urgence.

Le diagnostic, un préalable essentiel

Quels traitements envisager pour les seniors souffrant de troubles urinaires ? Avant de répondre à cette question, soulignons la nécessité absolue de consulter un urologue reconnu comme le Dr Grégoire Robert, le Dr Jean-Pierre Giolitto, le Dr Marc Galiano ou tout autre spécialiste qualifié. Vous n’êtes pas sans savoir qu’un diagnostic précis permet de déceler l’origine exacte du problème. Et de prescrire le traitement adapté, conditions sine qua non au rétablissement du patient. En cas de symptômes s’apparentant à des troubles urinaires (difficulté à aller aux toilettes, douleur lors de l’évacuation urinaire, fuites urinaires, besoin anormalement fréquent d’uriner…). Il est donc essentiel de consulter un médecin. Le cas échéant, votre praticien pourra vous aiguiller vers les professionnels de santé les plus à même de traiter le problème : infirmière-conseil en incontinence, physiothérapeute pour la rééducation de la vessie…

Problèmes urinaires des seniors : quels traitements ?

Le principal défi auquel font face les personnes atteintes de ce type de troubles n’est étrangement pas d’ordre médical, mais social. En effet, les problèmes urinaires sont l’un des sujets les plus tabous en médecine. Ce qui explique l’isolement social et familial dont pâtissent les seniors qui en souffrent. Cela dit, aussi douloureux ou handicapants qu’ils puissent être, les problèmes urinaires des seniors ne sont pourtant pas une fatalité. Il existe en effet toute une panoplie de traitements disponibles, à même de soulager les symptômes et de traiter la maladie.

Une fois que le diagnostic est posé, votre praticien pourra alors prescrire le traitement adapté. En cas d’incontinence, le trouble urinaire le plus fréquent chez les seniors. Le traitement consiste en plusieurs volets, à savoir la rééducation, les médicaments et les traitements chirurgicaux. La rééducation va jouer un rôle dans le renforcement des muscles du plancher pelvien, mais aussi dans l’amélioration de la marche du patient pour lui permettre d’accéder plus rapidement aux toilettes lorsque le besoin d’uriner se fait pressant. Ensuite, l’approche médicamenteuse peut être envisagée, sous forme d’un traitement hormonal local. Le cas échéant, un traitement chirurgical permettra de poser un pacemaker vésical, d’un sphincter artificiel ou des injections intra-urétrales.

Facebook Comments